Articles publiés par Philippe

_MG_5709 _MG_5500Une série de photographies réalisées au jardin. marcdeneyer.com

Fleurs, herbes, plantes…une nature très proche, intime même, prête à livrer certains de ses secrets à ceux qui se penchent sur elle. Une proximité avec les formes, les couleurs, les matières mais aussi les itinéraires, les trajets, les déambulations « à hauteur de végétal ».
Une façon de mettre en œuvre des plans de netteté très minces, des flous, des zones d’incertitude… Le langage photographique tend alors à glisser du côté du rêve et de la peinture.
Marc Deneyer est né à Bruxelles où il débute la photographie en 1982 après avoir étudié le graphisme à l’Institut Saint Luc.
Il fait son apprentissage avec le photographe Jacques Vilet qui l’initie à l’esthétique et aux techniques des grands paysagistes américains : Carleton E. Watkins, Timothy O’Sullivan, Alfred Stieglitz, Ansel Adams, Minor Whire, Paul Caponigro. Plus tard il découvre le travail d’Edward Curtis et de Josef Sudek qui représentent tout ce qui le touche en photographie : les voyages, la découverte, les grands espaces, les lumières vives ou inversément la poésie, la discrétion et l’intimité des lumières plus sourdes et des objets proches.
Ses sujets de prédilection sont essentiellement la nature. Ses travaux les plus récents portent le nom de « Au jardin ». C’est une partie de cette série de photographies qui sera exposée « Au bonheur est dans le thé »
Marc Deneyer est né à Bruxelles et vit aujourd’hui en France dans la Vienne. Il vient tardivement à la photographie après quelques années passées comme musicien et dessinateur de presse.
Il se tourne rapidement vers le paysage et la nature qui vont représenter l’essentiel de ses centres d’intérêt.
Il rapporte de ses voyages (du Groenland à la Toscane, du Maroc au Japon…) des images et des textes qui racontent sa recherche d’une pure lumière et de lieux immémoriaux. Depuis 1984, il expose un peu partout en Europe et au delà (The Photographers’ Gallery à Londres, Institut Français de Naples, Galerie du Château d’Eau à Toulouse, Galerie Camera Obscura à Paris, Institut français de Tokyo, Sapporo…).
En 1985, il publie Paysages Éd. F. R. A. C Poitou-Charentes/La Différence. En 1986 il participe à la mission photographique de la D.A.T.A.R puis de 1987 à 1990 à la mission photographique Les Quatre Saisons du Territoire qui aboutit à plusieurs publications sous le même titre aux éd. de l’Est.
En 2000, il est invité en Résidence à la Villa Kujoyama, Kyoto, Japon (Villa Medicis hors les murs). Il publie Ilulissat en 2001 puis Kujoyama en 2005 dans la collection Textes et Photographies aux éditions Le temps qu’il fait.

Tatiana

Tatiana Cenni native de la région parisienne, habitant la région depuis 15 ans, manifeste depuis sa tendre enfance une grande sensibilité artistique dans le domaine du dessin, de la peinture , de la musique. Son intuition artistique l’a mené avec une facilité déconcertante, à suivre son talent dans ce domaine. Portée par son élan, elle se dirige vers la peinture, plus particulièrement les encres. Tatiana en explore alors les techniques et se découvre ainsi une réel affection pour ces matières.
Son expérience dans la manipulation de ces éléments s’accroît au fil des années et dans ce travail, elle peut exprimer sa force créatrice.
Alors ses doigts, naturellement, se mettent au service des matériaux qu’elle emploi, reconnaissants, et sereins de pouvoir eux aussi exister…
Les peintures de Tatiana peuvent nous émouvoir, tant par leur finesse, leur sensualité, leur originalité que celles-ci dégagent. A découvrir…
Ces peintures sont une invitation à être touchées et transportées dans des univers cachées, des univers que nous reconnaissons intuitivement, elles cherchent à éveiller notre attention et notre curiosité. C’est cela qui l’intéresse particulièrement, c’est cette capacité à être en relation avec l’autre au travers de son message.
« Créer une toile, c’est pour moi une communion avec la matière, une danse, un jeu, une perception subtile qui vient de je ne sais où, cela passe par le corps. »
Quand le corps se relâche là où il n’y a pas d’attentes,
Quand il y a présence dans l’instant,
Quand le mouvement est en route vers l’inconnu,
Alors, je suis prête pour le rendez-vous.

Mon travail, c’est une recherche, une histoire d’amour, qui se déroule au fil du temps, au fil des couches de peinture et de matière, c’est un voyage aux découvertes, à l’expérimentation, c’est aller plus loin, continuer jusqu’à se laisser surprendre.
Il ne s’agit pas de moi, mais de la vie qui passe par là.
Une toile c’est un cadeau qui s’offre à l’autre.

Tatiana Juin 2016

affiche expositionMDExposition d’Aquarelles essentiellement, réalisations In Situ en Atelier Modèle vivant, sur lequel je travaille la ligne et le volume, la couleur…d’une manière plutôt « Entre – Deux »

Je concrétise deux années de recherches et d’explorations visuelles. L’une, investie dans le dessin académique, l’autre, dans la couleur et l’entourage du sujet. Dans l’une, j’ai éduqué mon regard aux contours et aux proportions et dans l’autre, l’harmonie et la composition colorée.
J’ai étudié avec ce que j’appelle des « mentors », des professeurs pourtant très discrets mais pourtant très compétents, et l’autre, étudié avec mes modèles vivants. Ils m’ont tous été d’une aide précieuse. Le travail réalisé est In Situ, dans l’échange et le partage des connaissances, de l’expérience de chacun. Ces moments de grâce participent et appartiennent à la création.
Dans l’art de l’Entre-Deux, je donne quelques éléments pour deviner les contours et les proportions. « On ne sort de l’ambiguité qu’à son détriment » dirait le Cardinal de Retz. Homme ou femme, figuratif ou abstraction, nous sommes tous à présent dans une lutte schizophrène entre la quête d’un repère et le lâcher prise du regard. Je suis d’une génération qui cherche des repères dans un espace vide. J’ai décidé qu’acquérir une technique. Je sens qu’elle est indispensable pour s’en libérer ensuite. Et je vous invite venir m’en dire un mot sur mon sitewww.chauvetdesign.com ou sur le livre d’or au restaurant « Le Bonheur est dans le Thé ».

Abstrait-bleu-sign+®

 

L’été est propice à la rêverie, au voyage. Aussi, Je vous invite à découvrir, par le jeu des couleurs et des formes, des ambiances singulières au travers de mes créations numériques. Cera

060Harar1820jpgJean-François FORT présente des extraits de divers travaux photographiques sous différentes formes et supports, du noir et blanc à la couleur, de l’argentique au numérique.
Certaines de ces images sont issues de reportages lointains, d’autres ont été réalisées dans son jardin, quelques unes sont visibles sur son site (jeanfrancoisfortphotographies.com) les autres restent encore inédites…

101x43cm 2007 (2) 106x36cm 2014 (2)« Etre debout, bien ancré dans la verticalité.
Je vous invite à entrer dans une stabilité dynamique où la couleur façonne l’espace et le fait vibrer pour une subtile complexité lumineuse.
Etre debout face au tableau et laisser chanter la corde sensible de notre âme… en silence. »
J.M. SEILLER

M HuteauMonique Huteau travaille la matière avec des superpositions d’aplats, de collages, aux dégradés harmonieux laissant apparaître de ces couches successives un relief , une profondeur. La lumière est toujours présente, la matière est riche et les techniques parfaitement maitrisées
Elle utilise des matériaux variés : papiers déchirés,cartons,tissus,fils , brou de noix,poudre de marbre,encres,peinture acrylique…. en gardant le souci d’unité et de simplification. Elle puise son inspiration tantôt dans l’héritage du passé s’efforçant de traduire l’équilibre, la force et la beauté qui émanent de ces vestiges de mondes disparus ; tantôt dans le contexte des évènements au quotidien, laissant apparaître sa sensibilité et son engagement .De façon plus récente,les thèmes de la musique et de l’écriture viennent ponctuer ses œuvres. Ses derniers travaux exécutés en grand format sur un support de toile de jute , de lin ou de soie , travaillés en textile et peinture par recouvrements répétés, repentirs et soustractions allant jusqu’à l’usure, se rapprochent de la tapisserie où «  la vue invite au toucher
Monique Huteau aime déconstruire pour reconstruire afin de mettre au jour l’implicite, l’inaperçu,et ouvrir de nouvelles perspectives.Son œuvre est apprêtée de lumière , elle se réalise dans l’affrontement incessant entre support et couleur , entre ligne et graphisme , entre forme et construction. Elle crée ainsi un climat d’équilibre , de force et de sérénité.
Monique Huteau expose dans de nombreux salons régionaux et nationaux ,et dans son atelier depuis 1987 .Son travail a été primé de nombreuses fois Elle a organisé le Salon de Peinture et de sculpture à Nieuil l’Espoir de 2000 à 2003. Elève de l’Ecole des Beaux Arts, elle a suivi des cours de graphisme, de peinture et de décoration .Elle a également une formation en histoire de l’art.
« Les œuvres de Monique Huteau sont habitées . Comprenez qu’elles ont une âme et que c’est cette présence vibrante qui les rend étonnantes et rares . La technique très personnelle de l’artiste et l’esthétique incontestable de ses créations attirent et créent l’engouement. Monique Huteau jongle avec matières et couleurs pour donner le relief, la profondeur, ouvrir des espaces, des passages, dresser des murs, maintenir des ruines, faire jaillir la lumière et créer entre ciel et terre, une harmonie parfaite à la frontière de l’abstraction ».

Danielle Tavers-Raby

www.moniquehuteau.com

cleo 3 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« St Valentin ou pas, l’amour et la tendresse sont des thèmes chers à Cléo; cette artiste peintre de talent animera les murs du Bonheur est dans le thé, avec ses toiles petits et grands formats , accessibles à tous. Cléo met son expérience et son savoir-faire au service de l’humour et de la délicatesse, une façon de partager les courbes de ses sentiments colorés… » www.cleoartiste.com